CE QUE TU AS A FAIRE, FAIS-LE VITE Imprimer Envoyer

Isaïe 62, 11-63,7 ; Jean 13, 21-38

Mercredi de la semaine sainte – A

Homélie du Frère Michel MORIN

C

e que tu as à faire, fais-le vite !" Parmi les convives, personne ne comprit pourquoi Il disait cela. Cette parole, Jésus la dit à Judas au moment où celui-ci va quitter le groupe des apôtres, pour recevoir sa part, pour recevoir ses trente pièces d'argent comme il en avait convenu avec les chefs des Juifs.

Mais, plus profondément encore, cette parole a un sens que Jésus Lui-même avait donné et qui nous est rapporté dans l'évangile de saint Matthieu dans le même contexte, celui de la préparation du repas pascal, avant sa propre Pâque. Il dit à ses disciples : "J'ai ardemment désiré manger cette Pâque avec vous avant de souffrir, car je vous le dis, jamais plus je ne la mangerai jusqu'à ce qu'elle s'accomplisse dans le Royaume de Dieu." Et, au début de son ministère, le Christ avait dit cette autre parole : "Je dois être baptisé, et comme il me tarde que ce baptême soit accompli."

Il y a dans le cœur du Christ aux heures qui précèdent sa Passion, une hâte à vivre cette passion. Ce n'est pas un empressement pour que tout soit fini le plus tôt possible, il ne s'agit pas de brûler les étapes ou de vouloir neutraliser la chronologie des heures et des évènements qu'Il connaît parfaitement et qu'Il vivra librement, volontairement jusqu'au bout. Mais cette hâte est l'expression de l'intensité qui l'habite de sauver maintenant tous les hommes, d'accomplir la mission pour laquelle Il a été envoyé sur la terre, par son Père, car c'est pour cela, c'est pour cette heure qu'Il est venu, afin que tout homme puisse trouver, en cette heure, ce dont il a besoin pour vivre aujourd'hui et toujours.

Le mystère de cette hâte du Christ aux heures qui précèdent sa mort doit être aussi notre disposition spirituelle et intérieure. Nous devons ardemment désirer vivre cette Pâque avec Lui. Nous devons avoir envie de faire vite ce que nous avons à faire avec Lui, maintenant, car nous comprenons, nous, cette parole qu'il a dite à Judas et que les autres apôtres n'ont pas comprise. Nous la comprenons parce que la Pâque est elle-même accomplie, parce que le Christ est mort, qu'Il est ressuscité et qu'Il nous entraîne, maintenant, dans ce mouvement de souffrance, de résurrection et de gloire.

En abordant en toute hâte, intensément et avec un vif désir ces jours saints nous laisserons s'imprimer en nous les sentiments qui furent les siens. Nous laisserons s'approfondir en nous ce qui caractérise notre propre foi chrétienne. Nous vivrons la charité de Dieu au jour du jeudi-saint dans le don unique et définitif de son corps, livré pour nous. "Dieu a tant aimé le monde qu'Il a donné son Fils." C'est le mystère profond de sa charité dans le don de son corps et de son sang. C'est un mystère d'amour, c'est un mystère de douceur puisque nous goûtons, dans l'eucharistie, l'amour de Dieu fait chair pour nous. Puis nous vivrons dans l'espérance, l'espérance que nous célébrerons au soir du vendredi saint. Nous entrerons, avec le Christ, dans le mystère de son silence puisqu'Il se taisait et que la mort elle-même fera qu'Il ne peut plus parler, lui qui est le Verbe de Dieu, la Parole de Dieu. Nous entrerons dans cette espérance par le silence pour éprouver avec Lui toute la douleur de sa passion, toute la douleur qui a été le creuset de notre propre salut et qui a creusé dans la chair du Christ ses plaies si profondes dues à notre propre péché. Et nous vivrons aussi la foi, la foi en sa résurrection, la foi en cette joie qui est revenue sur le monde et qui continue de vivre dans le cœur des hommes qui sont nourris de son corps et de son sang et qui vivent leur souffrance dans l'attente de la guérison et de la réconciliation.

Ainsi nous nous revêtirons des sentiments profonds qui furent ceux du Christ, cette douceur du don, cette douleur de la Passion, cette splendeur de la Résurrection. "Là où Il va" nous y allons nous aussi, parce que là où est la tête, là est le corps et tous les membres du corps vivent de ce que vit la tête. En ces jours saints, là où Il est nous sommes nous aussi.

AMEN

 
 
Copyright © 2014 Paroisse Saint-Jean-de-Malte. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.