L'HOMME NOUVEAU SE REÇOIT DE JÉSUS-CHRIST Imprimer Envoyer

II Samuel 5, 17-25 ; Marc 2, 18-28

Homélie du Frère Jean-François NOEL

 

O

n ne peut pas changer de vie par morceaux. Quand on rencontre l'évangile, il nous a demandé, a induit, un changement de vie. Nous aurions préféré que la chose se fasse progressivement, élément par élément, on aurait ajouté un peu d'évangile à notre vie ancienne pour les choses se fassent assez doucement. Mais c'est comme ce que le Christ dit dans cet évangile : "On ne peut pas coudre une pièce neuve sur un vieux vêtement, sinon la déchirure s'aggrave".

Frères et sœurs, cette radicalité de l'évangile nous propose de voir qu'il n'y a pas de mélange possible entre la nouveauté de l'évangile et notre vie ancienne. Il y a une sorte d'incompatibilité. Au fond, si nous mettions cet évangile neuf, au point d'exploser de fermentation dans notre vie ancienne, cette vie ancienne éclatera et l'évangile ne tiendra pas dans notre vie. C'est ce qui peut arriver à de jeunes convertis qui saisissant à plein corps, à pleine vie cet évangile, se laissent déborder par cette nouveauté. Ce qui fait que c'est assez compliqué de vivre selon l'évangile, car il nous impose de vivre selon deux registres. Le régime ancien, à ne pas mélanger avec le régime nouveau, et nous continuons à vivre sur ce régime ancien, cet homme ancien, qui ne cesse de réclamer, de vitupérer, de mal se comporter, et puis l'homme nouveau où commence à naître cette vitalité, ce printemps qui coule dans nos veines, et nous n'avons pas à être dupes et croire qu'un mélange est possible, qu'une sorte de compromis peut s'établir entre l'homme ancien et l'homme nouveau.

Il y a une sorte de fin inéluctable de l'homme ancien, même s'il bouge encore, et nous ne devons pas accorder de compromis à cet homme ancien. Mais notre vie humaine, sur cette terre nous impose de vivre un peu selon ces deux régimes. sans arrêt, l'homme ancien reviendra prendre le premier plan et réclamer une sorte de dialogue avec l'homme nouveau. C'est ce mélange qui est dangereux. C'est à l'articulation entre l'homme ancien et l'homme nouveau que se situe notre volonté, notre désir de vivre selon l'évangile. Ici, le Christ est net, nous devons choisir entre l'homme ancien et l'homme nouveau. Mais Il ajoute, et c'est cela qui est intéressant, que l'homme nouveau, ici, parce que l'Epoux est présent, ne jeûne pas. Il doit se réjouir, il est du côté de l'homme nouveau, du côté de l'ivresse des noces de Cana que nous avons lu récemment, ou encore de cette fête où l'Epoux est présent. L'homme nouveau est celui qui s'élance, généreux, vers son Seigneur, et qui se réjouit comme à l'avance de la présence de Dieu.

Dans l'évangile de Jean, à la fin, lorsque Jésus demande à Pierre s'il l'aime, il y a ce dialogue entre le Pierre ancien et le Pierre nouveau. Pierre répond très justement, il ne dit pas "oui je t'aime" ! mais il répond : "Tu sais que je t'aime". Il répond selon le Pierre nouveau qui doit être construit, élaboré, reçu de Jésus Lui-même. Il ne répond pas de lui-même en mentant sur ce qu'il est, puisque de fait, il a trahi, il ne répond pas par un amour qui viendrait de lui, mais il répond par un amour qui ne peut venir que du Pierre nouveau qui se reçoit du Christ : "Tu sais que je t'aime". Ce que nous avons à vivre avec le Christ se reçoit de Lui, et nous avons à Lui dire : "Tu sais que je t'aime, que je t'aimerai, et que je t'aime déjà", parce que c'est Toi qui le sait, avant même que je le vive.

Que cette espérance nous aide à garder les yeux fixés sur notre Maître Bien-Aimé, qui attend et aime l'homme nouveau et qui déteste l'homme ancien. Laissons-le mourir et réjouissons-nous de ce que Dieu nous donne pour le rejoindre.

 

 

AMEN

 

 
 
Copyright © 2014 Paroisse Saint-Jean-de-Malte. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.